Espace coaching

La prophétie auto-réalisatrice ou l'effet Pygmalion

L'amour peut tout... Pygmalion en est la preuve mythologique. Certaines versions du mythe le présentent comme roi de Chypre, sculpteur, célibataire endurci qui entreprend de sculpter dans le plus bel ivoire une statue de la femme parfaite. Réussite totale puisqu'il tombe amoureux de sa création qu'il prénomme Galatée et qu'il va traiter comme une femme en chair et en os. Ne pouvant néanmoins demander la vie pour sa statue, il supplie Aphrodite, déesse de l'amour, de lui donner une femme à l'image de sa création. Aphrodite accède à sa demande et transforme la statue en femme. Une des leçons du mythe (autre que cette ode à l'amour triomphant !) est que c'est en agissant avec cette statue comme avec une femme, que la statue devient femme. C'est le regard de l'amour qui a fait d'une statue, une femme désirable. « L'effet Pygmalion » par extension renvoie à l'importance du regard que je porte sur l'autre qui est de nature à transformer cet autre. À l'extrême « Je (te) pense donc tu es. » Le professeur de sociologie Robert Merton a décrit en 1948 ce phénomène qu'il nomme self fulfilling prophecy ou « prophétie auto-réalisatrice ». Celle-ci correspond à « une définition d'abord erronée d'une situation... (dans le mythe, Galatée est considérée comme une vraie femme alors qu'elle n'est qu'une statue) ce qui suscite un nouveau comportement... (des comportements amoureux de Pygmalion) qui rend exacte cette conception initialement fausse (Galatée devient effectivement une vraie femme).

La prophétie auto-réalisatrice ou l'effet Pygmalion.pdf